Archives de l’étiquette : nuit

Juil 02

nuit à Caramany le 30 juin

Samedi 15 h rdv au barrage, côté Ansignan. Tout se présente très bien : il fait très chaud depuis une semaine et le vent souffle pour nous. En arrivant sur place autre bonne surprise il n’y a personne et les pêcheurs les plus proches sont en gros à 200 m de nous de chaque coté : que du bon.

On commence à vider les auto et là confirmation sur la berge en face les poissons sautent de partout, il y a même une fouille énorme devant nous : ça va être au top.

Nous tendons nos lignes direction la berge opposée. Un léger amorçage farine au dessus et en dessous de nos postes pour marquer la zone, tout semble bien parti.

Christophe qui est installé en dessous de nous, confirme l’activité importante des poissons ces derniers temps et à fait quelque prise la nuit dernière, nous sommes en pleines confiances.

La fin d’après midi se passe tranquillement, mais nous le savons, sur ce poste c’est surtout la nuit que ça s’affole en général.

Marc profite de la relance des lignes pour préparer la nuit, pour sortir la canne à carnassier et après quelques coups de spinner il nous fait un beau petit brochet qui repart à l’eau de lui même car décroché tout seul dans la main.

Et vers 20 h catastrophe, en 30 sec le vent tourne complétement, tramontane, c’était prévu mais là le problème c’est qu’elle est très forte.

Après le repas, grosse touche à retour sur mes cannes, je rembobine rapidement, je ferre un petit coup : c’est au bout mais pas de réel combat on pense direct à la brème ou la tanche. Et surprise un petit silure nous rend visite il a craqué sur les bouillettes maison à base de frolic.

voila c’est notre tout premier, on est vraiment content même s’il est petit, il repart rapidement à l’eau et il nous tarde déjà d’en prendre un autre.

La nuit s’installe et le vent se renforce, le biwy de Marc (fox royal xxl) souffre part sa hauteur et donc sa prise au vent mais résiste comme il faut. Les poissons ont quitté la zone, plus aucun signe d’activité, la nuit sera donc un concert de rafales énormes et de bip intempestif, c’est limite pêchable mais on abandonne pas.

Au petit matin après avoir consulter la météo, Marc décide de lever le camps : le vent est toujours aussi puissant et la météo annonce un gros orage. Je décide de me déplacer pour trouver un coin plus à l’abri pour finir la journée donc direction le haut du barrage.

J’arrive sur place un pêcheur au carnassier quitte les lieux. Je tend mes lignes, l’orage tend attendu arrive à 11 h et effet en 2 min tout est trempé, mais un coin de ciel bleu au loin me fait espérer une éclaircie. Qui sera de courte durée 13 h il repleut, je décide donc de rentrer à la maison.

Vraiment heureux de cette première rencontre avec un silure, mais déçus d’avoir rater les carpes, mais ce n’est pas ma dernière tentative ^^.

Mar 27

Première sortie du printemps à Villeneuve de la raho

Le 22 Mars est passé on est au Printemps, le beau temps s’est bien installé, il va falloir sortir les cannes et briser la malédiction du capot à gogo.

Germain a pu installer le campement avec l’aide de Marc ce vendredi 23 mars après midi. Nous avons choisi la zone de nuit week-end et jour férié (pourquoi pas tout le temps ?? bon on va pas commencer à chercher les ennuis ^^) située porte de Bages.

Je descends comme d’hab après le travail et en évitant Perpignan je rejoins le lac sur le coup des 18 h 30 il me reste encore 1 h de jours pour m’installer. Je suis accompagné du garde pêche de l’aappma de St paul de fenouillet venu passer un moment avec nous au bord du lac.

Marc est installé le plus à droite à la limite de la descente de mise à l’eau des bateaux, amorçage léger pellets + bouillettes écrasées, une canne avec stick le reste en bouillette classique.

Germain est plus sur sa gauche, même technique d’amorçage et pour les appâts a peu prêt pareil.

Je m’installe encore plus à gauche direct sous l’olivier, et je décide d’amorcer assez lourd à la graine (mais+chènevis) et pêcher bouillette plus tricheur dessus.

C’est parti pour le spodage soleil couchant

C’est parti, les 9 cannes pêchent, après un bon repas, convivial comme d’hab où on refait le monde de la pêche autour d’un apéro et d’un bon petit plat de salé au lentille :mrgreen:  Vanessa seule fille, courageuse de nous supporter, doit parfois se poser des questions sur la bonne santé mentale des loustics que nous sommes.

On approche des minuits et toujours pas de départ, Frédéric nous quitte après avoir passer une bonne soirée, un peu déçu de ne pas avoir vu un poisson (mais c’est partie remise) pour remonter sur Ansignan, nous décidons d’aller au chaud dans les duvets car nous espérons une nuit agité et ….

 

C’est le cas, 1 h du matin un détecteur déchire le silence de la nuit, c’est la batterie à Marc qui déroule, premier combat de la nuit qui se passe super bien, pas d’autre canne embarquée et c’est une belle miroir de 12 kilo qui est au sec.

 

On retend les lignes, un peu de discussion et surtout du baume au cœur pour la suite et go direction le bedchair

3 h du matin nouveau départ, toujours sur le rodpod de Marc, c’est Germain qui prend la canne, un beau combat tout en force et patience, le poisson résiste beaucoup la carpe pèsera son poids. Après 10 minute la voila dans le filet, bilan du peson 16 kilo

Même rituel pendant qu’on remet le poisson à l’eau, Marc retend la ligne, petit rappel au Cobra et direction le dodo.

5 H je suis réveillé par le son du clocher de Villeneuve et j’ai l’impression que …..

10 min plus tard nouveau départ toujours sur les cannes à Marc, je suis le premier au contact. Marc s’extirpe de la tente et après le combat une commune de 10 kilo vient rencontrer dina sur le tapis de réception

Germain retourne se coucher pendant que nous retendons la ligne avec Marc, mais surprise au lancer le plomb par tout seul sur la lune la ligne ayant cassé nette sans réelle explications. Le temps de refaire un montage et de le remettre en place il est déjà 6 h, heure à laquelle j’avais prévu d’amorcer plus lourdement mon poste. Bataille de spod et de spomb.

 

Le temps passe et toujours pas de touches, la matinée est superbe, pas du tout de vent, un temps nikel, les poissons sautent mais ne semblent pas descendre sur les appâts.

Nous pensons et repensons alors nos techniques de pêches pensant être dans l’impasse.

Peu avant de manger la magie de villeneuve se met en place doucement mais surement, elle a un nom: LE VENT et il souffle dans notre direction de manière constante et de plus en plus soutenu, les poissons ont arrêté de sauter, est ce que le grand déroulage va avoir lieux ???

Grâce au grill plancha de Germain on se prépare une bonne grillade aïoli en prime, mais un detecteur de Marc nous fait quitter le restau, il est 13 h et ça déroule. Un poisson de 16 kilo de nouveau au sec.

L’espoir est revenu, par contre l’aïoli est partie dans l’estomac à dina qui restera l’animal le mieux amorcé de ces 24 h.

Peu de temps passe et ma batterie oubliée sous son olivier se manifeste : un micro départ puis un ferrage quasi dans le vide et enfin un combat inexistant et oui c’est un poisson blanc, la pauvre brème a eu son moment de surf sur les vagues de villeneuve mais repart à l’eau sans soucis, les graines n’auront pas attiré les carpes.

Nous approchons des 15 h et nous avons prévu de plier vers 16 h le biwy est déjà démonté et enfin un départ sur les cannes de Germain

une superbe miroir de 8 kilo toute dorsale dehors.

moins de 15 min après nouveau déroulage sur la même batterie, ça y est tout s’emballe les poissons sont rentrés sur l’amorçage : Germain me laisse le départ, grosse bagarre avec une belle commune de 15 kilo

le temps de remettre le poisson à l’eau et de nouveau départ mais sur les cannes à Marc qui prend contact avec le poisson, je m’installe à l’épuisette en profitant pour faire joujou avec l’appareil de Marc mais non une canne de Germain démarre nous allons finir la journée de la plus belle manière un doublé. Tout se passe bien nous mettons au sec le poisson de Marc puis directement après celui de Germain pour finir par une superbe photo de Vanessa revenue au bon moment (mais qui a refusé de sortir la dernière carpe).

Il est temps de finir de plier le matériel et de rentrer à la maison là tête encore plein des souvenirs de ces moments. Totale réussite zéro décroche (en plus Marc amoureux du no-kill à enlever les ardillons des hameçons, il nous en parlera sous peu) nous avons partagé les départs, tester des amorçage et appâts différents.

Tout ces bons moments n’ont pas de prix.

Vous trouverez en dessous l’album complet des 140 photo prises pendant ces 24 h.

 

 

 

Mar 04

Nuit sur l’Agly le 1 mars

LE VENT TOURNE ENFIN … Hourra fini la tramontane pour quelques jours les températures sont plus clémentes et le vent est quasi nul c’est décidé ce soir je monte au barrage sur l’Agly et je m’installe dans le lac sous le dessableur dans le premier secteur de nuit.

Un peu mis en retard j’arrive sur le lac la pénombre a commencé à gagner, il fait encore bon, quasi pas de vent.

Je tend mes trois lignes direction la berge d’en face car c’est de ce côté que passe le lit de la rivière; toujours la même tactique sur ces pêches à « l’arrache » une canne seule sans boost rien, une canne avec un soluble (mélange de bouillette écrasées et de pellets) et une canne avec un bonhomme de neige tiger-bouillette posée sur un amorçage léger au spod (pellets).

Tout est en place il ne reste plus qu’a monter le campement qui sera un Session Brolly Carp Spirit (un petit article test bientôt), je l’ai pris ce soir car montage super rapide et vu que je ne suis là que pour une nuit ça ira très bien. Seul hic je n’ai pas de sur-toile sur cet abris et l’amplitude thermique de la saison me donnera presque tort.

Après s’être restauré rapidement et les coups de téléphone pour rassurer tout le monde, et oui on peut aller à la pêche tout seul ^^, je m’installe au chaud.

Le portable justement sonne, c’est François qui est venu pour passer un moment au bord de l’eau et qui ne me trouve pas dans le noir ^^ , après deux indications on se retrouve, un bon moment de discussion, toujours sympa au bord de l’eau, pas de poisson c’est dommage. Il décolle vers 23 h, je me recouche, l’humidité est vraiment super présente, obligé de sortir le surpantalon et le je me trouve je pense a la limite niveau température pour le brolly (y a quand même une bonne différence de confort avec le biwy), mais avec le sac de couchage bien fermé ça passe.

1 h du mat premier gros bip qui me tire du bedchair, le temps de sortir du brolly plus rien, par contre dehors ça caille sévère.

4 h du matin nouveau bip mais la insistant, je m’équipe, sort prise de contact il y a bien quelque chose au bout mais ça ne se bagarre pas, ça reste au fond du lit de la rivière je sens le nylon frotter sur les cailloux. Après un petit combat le poisson est dans l’épuisette et surprise une tanche 😯

Ces poissons ont vraiment des couleurs magnifiques, après l’avoir décroché rapidement et prise de photo elle retrouve son élément naturel et moi le duvet.

Plus rien jusqu’au lever du soleil et là surprise il y a du givre partout ce n’est pas encore le printemps

La température remonte progressivement et l’activité sur le lac s’intensifie, je finirais la matinée en pliant sans se presser, avantage du barrage l’auto à côté c’est quand même le top pour le matos.

Pas encore de carpe sur l’agly mais ça va venir ….

ou pas ^^

Mar 02

Petite sortie de nuit à Villeneuve de la Raho

Après la session de john à caramany, je décide moi aussi de tenter ma chance en solo.

après de longues réflexions et discutions je décide de me rabattre sur Villeneuve.

A mon arrivée je constate que le beaux temps ne fait pas sortir que les joggeurs, les carpistes sont aussi de la partie. Il y a pas mal de monde sur le lac, je m’installe tant bien que mal dans une trouée le long du camping.

Je commence par faire un petit amorçage de la zone, assez léger car le temps m’est compté (il est déjà 18h20), je prépare mes cannes et c’est parti pour la nuit.pour l’instant tout est est calme, mes voisins mon dit qu’ils ont fait un départ dans la journée puis plus rien.

3h30 c’est alors qu’un bippppppp tant attendu retenti? après quelques minutes de combat je remonte une belle prise. Enfin récompensé par une belle commune de 13 kg, ce sera la seule prise de cette session.

au petit matin je plie tout le matériel et prend le chemin du retour, tout en souhaitant un bon week end à mes voisins qui avait passé une nuit bien trop calme à leur gout (pas de poissons pour eux). Cette petite escapade aura été prolifique, je fait une belle prise et je romps cette série de capot qui nous collé aux fesses.

Fév 05

Sortie nocturne Villeneuve le 3 février 2012

Jeudi le kangoo est chargé pour passer une nuit à Caramany mais les températures annoncées ainsi que le vent prévu nous font revenir en arrière. Mais on ne va pas non plus tout enlever de l’auto donc il y aura bien une nuit de pêche mais à Villeneuve de la Raho, nous choisissons le post de nuit sur la plage du camping le plus prêt de l’enrochement pour être un peu abrité du vent.

Germain descend le premier, il installera ainsi le biwy de jour et pourra préparer un peu le post, Marc le rejoint ensuite puis moi en dernier à la limite de la nuit.

18 h je quitte Maury -2° dans l’auto ça s’annonce tendu l’histoire… Après un peu de route et le thermomètre qui remonte peu j’arrive enfin à Villeneuve Germain et Marc sont déjà en place. La tente de 2 sec de Marc a failli être plus rapidement au milieu du lac que dépliée la tramontane étant vraiment très forte.

Les Shimano tribal de Marc sont vraiment de superbes cannes, le talon est impressionnant de finesse et une réserve de puissance qui à l’air de ne pas avoir de limite, couplées à des Emblems Pro l’ensemble est de toute beauté.

Les cannes sont tendues (dans la quasi obscurité pour moi) des bouillettes boosté comme appât, une canne avec un soluble pellets le long de la digue.

à 19 h tout est à l’eau, nous verrons bien si une carpe viendra récompenser les courageux (inconscients ?) que nous sommes.

Après un petit apéro, repas chaud pris dans le biwy tout le monde regagne ses appartements et se prépare à passer la nuit le plus chaudement possible.

Le vent est vraiment super fort les détecteurs bip de temps à autre les écureuils sont pourtant lester au max et les fils tendu à bloc, le froid en dehors du Biwy est vraiment intense mais nous sommes bien au chaud dans les duvets.

Le vent redouble de violence, 23 h 10 un gros biiiiiiiiiiiiiiiiip sur la batterie de Germain et surprise ce n’est pas un départ mais le support du buzzbar qui à lâcher les détecteurs fox sont sous l’eau, les cannes à l’eau. Nous sortons les détecteur de l’eau, un rapide séchage un fonctionne sans soucis mais les deux autres s’allument mais ne sonnent plus…
Suprise : le froid est tel que le simple contact avec l’eau puis avec le vent à fait geler les roues des détecteurs, on débloque le tout et c’est reparti ça pêche.

Plus rien jusque 3 h du matin de nouveau un bon biiiiiiip bien long mais sur la batterie de Marc mais rien de concluant faux espoirs, peut être un gardon suicidaire.

Plus rien jusqu’au matin où nous retendons les lignes, et là surprise : tout est gelé les lignes, le sol, la digue… y a du faire bien chaud la nuit ^^
Je vous laisse admirer les superbes clichés de Marc.

Un dernier regards sur la digue qui nous permet de constater qu’en effet l’hiver était bien là.

Pas de poisson sur cette sortie mais franchement content de cette session aux conditions extrême pour nous pêcheurs du sud de la France, un bon moment comme chaque sorties.
En espérant qu’on puisse enfin sortir sur Caramany la prochaine fois, cette fois ci les conditions (température et vent) rendait vraiment la pêche sur le lac quasi impossible pour nous.

Articles plus anciens «