article repris avec l’autorisation de son auteur, source : http://www.caramany-paridulac.fr/caramany/decouvrir/randonnee-vtt-autour-de-caramany-n2.html

 

Depuis le projet d’implantation d’éoliennes, évoqué dans notre article de la rubrique « environnement: « les fleurs du mal », les crêtes qui surplombent le village de Caramany suscitaient mon intérêt.  Je me doutais qu’il existait des pistes permettant d’y accéder, bien que je ne m’y serais  jamais aventuré avec mon véhicule, craignant de m’enliser dans une ornière ou de faire les frais d’un malencontreux contact avec quelque rocher saillant.

Heureusement, le VTT allait me permettre de passer outre mes appréhensions et de découvrir un paysage qui me ferait bien vite oublier la sueur et les efforts imposés par leur accès.

Une fois de plus, je mets donc Google Earth à contribution pour présenter une carte du tracé de cette seconde randonnée caractérisée par un assez fort dénivelé. On y localisera aisément la ligne des crêtes que le parcours propose de longer, ainsi que l’accès qui s’effectue en remontant une partie de la petite vallée creusée par le Rec de Balderbe (Valdèrba). J’ai positionné un certain nombre de points sur cette carte, afin de permettre un repérage aisé tout au long du parcours dont l’essentiel se situe à travers des pistes de DFCI (Défense de la Forêt Contre l’Incendie).

La durée du parcours (en excluant les arrêts) est d’environ 2h à 2h30mn.

Point de départ: (alt. 260 m). Depuis le platane place du Village de Caramany, on prend la rue qui monte vers  la poste, puis on continue de monter en laissant le parking en contrebas sur la droite. Nous nous trouvons alors sur un chemin goudronné qui conduit à la source de « la Dout » à travers vignes, jardins et futaies de chênes verts.

Point 1: (alt. 305 m) Après quelques courbes et une légère montée, on traverse un petit pont en béton qui enjambe le ruisseau de « la Dout ». On remarquera un bâtiment situé en amont dans une enceinte grillagée. Il s’agit d’un édifice protégeant le captage de la source qui alimente le village de Caramany en eau potable. Juste sous ce pontet, un trop plein déverse l’eau résiduelle qui sera dirigée plus bas vers un réseau de canalisations pour permettre l’irrigation des jardins. On rejoint le point 2 en s’engageant dans un passage plat à flan de colline qui ne présente aucune difficulté particulière. On peut alors, au bout de quelques centaines de mètres avoir une première vue d’ensemble sur le village et le rocher de « la Bade ».

Point 2: (alt. 280 m) Ce point se situe à l’intersection du chemin d’où l’on arrive avec une portion de chemin goudronnée qui arrive de la cave Coopérative du village. Il faut alors prendre la direction montante sur notre gauche, après la petite montée en pente douce on retrouve une portion descendante. On arrivera à une fourche avec une piste qui monte sur la gauche vers les vignes. Ne pas l’emprunter et rester sur celle qui continue en légère descente vers la droite en longeant un bosquet en contrebas.

Montée vers BalderbePoint 3: (alt. 295 m) On continue jusqu’à un petit pont de béton, sans parapet, qui franchit le ruisseau de Balderbe. Un peu plus d’une centaine de mètres après l’avoir traversé, on arrive à une intersection. On remarquera la bambouseraie sur la gauche qui pourrait fournir de quoi confectionner de belles cannes à bon nombre de pêcheurs. On laisse alors le chemin qui monte sur la droite pour continuer tout droit. Ici commence la première partie d’une montée qui, aprés un nouveau petit pont, devient rapidement pentue et plus caillouteuse.

Point 4: (alt. 372 m) 77 mètres de dénivelé depuis le point 3: Juste de quoi se donner un avant-goût de ce qui nous attend pour la suite et se faire une petite « mise en jambe » avant les choses sérieuses.

Ce point marque le début de la véritable « grimpette », avant laquelle je ne saurais trop conseiller de faire une halte sur la zone herbeuse située juste avant de franchir un seuil cimenté où coule le ruisseau.

On n’oubliera pas au préalable de bien choisir son braqué, sans trop de prétention, car il arrive qu’en plein effort, les changements de pignons s’avérent parfois délicats. Attention donc de ne pas faire preuve de trop d’optimisme, à ce propos je recommande d’opter pour votre plus petit plateau. A titre indicatif, je précise que ma « vitesse de croisière », sur certaines parties de ce tronçon, se situe aux alentours des 5 km/h et qu’alors, l’essentiel de mon attention réside dans le choix des passages les plus judicieux pour éviter les multiples zones accidentées du chemin.

On remarquera sur la gauche, au tout début du parcours, des petit bosquets de chêne en contrebas,  situés entre la piste et le ruisseau. Si vous passez en ces lieux aux alentours du mois d’avril et si vous aimez les champignons, vous pouvez prendre quelques minutes pour descendre dans la chênaie et jeter un coup d’oeil. Ici  je trouvais fréquemment des morilles, avant les travaux d’élargissement de la piste DFCI, il se peut qu’il y en ait encore. Prenez juste garde à ne pas trop approcher des cascades glissantes, parfois abruptes et toujours dangereuses, que le ruisseau a creusé dans la roche.

Point 5: (alt. 554 m) Après 182 m de dénivelé, la montée touche à sa fin, le plus difficile est enfin franchi. On peut souffler un peu en montant sur un terre-plein doté de tables et de bancs en béton. A la fin de l’automne, on pourra également profiter de la présence d’arbousiers dans cette zone pour manger quelques savoureuses arbouses. Enfin, on ne pourra pas passer ici sans voir la fontaine de Mate l’oliu, déjà évoquée sur notre site.

Point 6: (alt. 588m)  Environ 250 mètres après la fontaine, on franchit une barrière métallique, généralement ouverte, qui marque la fin de la piste montante et son intersection avec la route qui relie Trilla et Trevillach. A titre indicatif j’ai effectué ce parcours, à trois reprises en 2010 et, depuis le Village de Caramany, j’ai à chaque fois, mis environ une cinquantaine de minutes pour parvenir à cet endroit à partir duquel on doit prendre la route goudronnée en direction de la gauche pour rejoindre le sommet d’un col. Aucune difficulté particulière à signaler sur ce tronçon, la pente est assez douce pour nous permettre de reprendre quelques forces.

Vue panoramique vers MontalbaPoint 7: (alt.  650m) Nous arrivons au sommet du col d’où l’on quitte à nouveau la route pour emprunter une piste sur la gauche qui longe le flanc de la colline en direction du sud-est. Au bout de quelques centaines de mètres, on découvre un large paysage grandiose qui s’étend de la plaine du Roussillon et surplombe le plateau de Montalba, pour faire apparaître en arrière plan l’imposant massif du Canigou.

Foret de sapins sur les crètesPoint 8: (alt. 630 m) Après une portion plate puis une descente et une courte montée assez raide, on arrive à une intersection située en bordure d’une plantation de résineux. Il convient alors d’emprunter la piste qui part sur la gauche et longe la plantation.

Point 9: (alt. 640m) Ici se situe le point le plus élevé de notre parcours; la piste devient un peu moins rocailleuse et nous ouvre, sur la gauche, un panorama qui nous permet de balayer en premier plan l’ensemble de la retenue du barrage de Caramany puis, en fond, la chaine des Corbières qui servit de frontière naturelle entre la France et la Catalogne jusqu’au milieu du XVIIème siècle (traité des Pyrénées) avec son point culminant le Pic de Bugarach.

Vue panoramique vers la plaine du roussillonPoint 10: (alt. 623m) Un petit raidillon nous conduit à ce point d’où l’on remarque sur la droite, la présence d’une capitelle, attestant que les lieux furent jadis occupés par des bergers.

On notera également l’orientation prononcée des branches et des cimes des jeunes sapins, qui témoignent du caractère venteux de cette zone et, s’il le faut, justifie le projet d’implantation d’éoliennes déjà évoqué. On pourra également mettre à profit la sérénité des lieux pour remplir nos poumons d’un grand bol d’air pur et s’interroger quelques instants sur ce qu’il serait advenu de la quiétude de ce paysage sauvage, s’il avait été souillé par des légions de monstres d’acier aux pales agressives dont l’existence ne se conçoit qu’à travers la déraison qui pousse l’homme à consommer toujours plus. Heureusement des habitants de villages voisins se sont opposés avec succès à ces constructions. Remercions les d’avoir ainsi donné un sursis de tranquillité à ce lieu.

La descenteAu niveau du parcours, cet endroit marque l’amorce d’une longue descente au cours de laquelle la piste se scindera encore en deux directions. On prendra alors celle qui descend vers la gauche et nous conduit vers un terrain plus accidenté.

Point 11: (alt. 390 m) Avant d’atteindre ce point qui marque le retour sur la route goudronnée qui relie Caramany à Montalba, on rencontrera en descendant sur la face nord du massif, un chemin particulièrement rocailleux dans sa partie finale et sur lequel je recommande la plus grande prudence. Attention également à l’échauffement des freins qui seront alors mis à rude épreuve dans cette descente.A l’arrivée sur la route, prendre à gauche pour atteindre le croisement.

Point 12: (alt. 387) Arrivé à ce carrefour, tourner à gauche et se laisser descendre jusqu’au village de Caramany.

Photos: Philippe Garcelon

Fenouillèdes’Carps a été convié à animer un atelier carpe sur cette journée organisée par la Fédération Départementale.

Nous nous donnons rendez vous à 6 h avec Marc, première bonne nouvelle le temps est de la partie grand soleil et pas de vent, première mauvaise nouvelle les carpes sont entrain de frayer, ça va pas être simple.

Nous montons un campement  dans un premier temps pour montrer une partie du matériel bivouac utile à notre pêche puis nous mettons les lignes en place.

9 h la journée commence avec les premiers « stagiaires »  et c’est aussi l’heure du premier départ et un petit de 5 ans va faire son premier poisson sous les yeux de son père.

juste à l’arrivée d’Olivier et Warren, d’office la journée est gagnée pour nous.

Après un bon café croissant, nous voyons passer les premières participantes à l’animation pêche aux leurres, et c’est le moment d’un nouveau départ, nous sortons le poisson tanké dans les souches avec difficultés mais voilà une heureuse de plus

 

ça change des truites ^^

et on continue la journée, midi arrive et après un discours du président Patau, une grillade qui récompense tout les participants, Priscilia et Mael nous ont rejoint.

Nouvelle touche et Priscilia fait son premier poisson pas encore une carpe mais c’est un début

aller ça repart, cette fois c’est la bonne et au niveau du combat c’est pas la même et une commune au sec

Sous les applaudissements du public ^^

Le dernier poisson de la journée sera pour Mael qui conclue celle ci de la plus belle des manières devant les copains

Il est temps de rembaler, comme toujours avec ces animations de bons moments, du partage, pas de prise de tête que du bon, donc Fenouillèdes’Carps répondra toujours présent aux invitations de la Fédé

Un autre objectif de cette année, prendre une carpe en 1ere catégorie dans une rivière à truite à la base.

Donc une canne oblige et vu l’accessibilité des postes matos réduit à moins que le mini

Un petit peu de marche, une descente limite en rappel et me voilà sur mon premier poste, sans amorçage rien pour 3/4 de pêche (surtout histoire de voir l’accès en fait)

Pas de bip ni rien mais je pense avoir trouver un autre acces donc je vais me déplacer pour la prochaine tentative (en espérant que les dires des pêcheur de truite soient vrai et qu’il y ai des carpes la dedans lol)

 

mission à suivre

article repris avec l’autorisation de son auteur, source : http://www.caramany-paridulac.fr/caramany/decouvrir/randonnee-vtt-autour-de-caramany-n1.html

Au fil des époques, l’élevage, la culture ou l’exploitation des ressources géologiques, ont irrémédiablement marqué de leurs traces les paysages du Fenouillèdes. La présence continue de l’homme en ces lieux a conduit à une multiplication des voies d’accès, chemins ou sentiers qui font aujourd’hui de notre région un lieu privilégié pour les randonneurs.

A ce propos, Jacques, un ami carmagnol, m’a parlé d’une autre manière d’aborder la région. En effet, il pratique depuis de nombreuses années le vélo tout-terrain ( VTT ) et m’en a tant vanté les mérites, qu’il m’a convaincu de me lancer dans cette activité. Suivant ses conseils, je me suis donc intéressé aux caractéristiques techniques des ces vélos un peu particuliers, dont il m’a souligné quelques points essentiels sur lesquels il ne faut pas transiger et qui caractérisent les véritables VTT. Ces derniers devant être à la fois robustes, légers, confortables et fiables, afin de garantir un niveau élevé de sécurité lors de la confrontation avec toutes les natures de terrains ou reliefs.

Fin septembre 2010, lors d’un passage à Caramany, j’avais donc amené mon VTT fraîchement acquis et Jacques, prévenu la veille, avait eu le temps de me concocter un itinéraire sur lequel il comptait me faire vivre ma première expérience. C’est précisément cet itinéraire que je voudrais présenter ici et qui j’espère donnera lieu à d’autres présentations, au gré de mes futures randonnées.

Le parcours que nous avons effectué forme une boucle d’une quinzaine de kilomètres, dont le point de départ se situe à la cave coopérative de Caramany et qui contourne le Roc de Lansac pour se diriger vers le pied du Roc de Vergés puis, en longeant la barrage de Caramany sur une portion de l’ancienne route d’Ansignan, revenir à notre point de départ.
Le point le plus bas du parcours se situe à 165 m d’altitude, au niveau du viaduc de Caramany et le point culminant à 440 m, au dessus des carrières de feldspath de Lansac ce qui donne un dénivelé de 275 mètres.


POINT 1
 : (alt 167m) Depuis la cave coopérative on traverse le viaduc de Caramany pour remonter sur la route jusqu’à rencontrer un chemin sur la droite. Deux possibilités s’offrent alors:  continuer sur la route goudronnée jusqu’au croisement où l’on prendra la direction de Rasiguères pour atteindre le haut de la côte, soit arriver au même point en suivant ce chemin qui permet d’éviter le bitume.

POINT 2 : (alt 270m) Au sommet de la côte, dans le grand virage, prendre le chemin qui monte sur la gauche. Le début est assez abrupt. Après une soixantaine de mètres, on arrive à une première intersection. Ne pas prendre le chemin qui part à droite mais continuer tout droit. Attention, avant d’atteindre le point 3, il faudra changer de direction pour prendre une épingle sur la gauche au niveau du point indiqué par la flèche jaune.

LansacPOINT 3 : (alt 375 m) Nous atteignons le point culminant de cette première partie du parcours qui contourne le Roc de Lansacque nous laissons sur notre gauche. Nous amorçons alors la descente vers Lansac tout en profitant d’une vue sur village(à droite ci-contre). Le chemin est un peu encaissé et le sol meuble et sablonneux peut réserver quelques surprises.

POINT 4 : (alt 315m) Une fois la route goudronnée atteinte, on tourne tout de suite à gauche et on la suit  jusqu’à rencontrer un chemin sur la gauche qui monte à travers les sous-bois.

POINT 5 : (alt 365m) Arrivés à un carrefour d’où l’on aperçoit vers le sud-est la tour de Lansac. On laisse la première piste à droite qui monte légèrement pour suivre la seconde, plus plate, qui après le premier virage prononcé vers la droite amorce une petite côte assez raide suivie d’une descente qui mène vers les carrières.

POINT 6 : (alt 417m) A l’issue du chemin en surplomb de la carrière, une petite difficulté nous attend. En effet pour rejoindre la suite de la piste, il faut traverser l’amas de roches sur la gauche. On devra porter le vélo à l’épaule sur une vingtaine de mètres entre les rochers avant de gravir un petit monticule de terre qui borde le chemin que l’on suivra initialement vers le nord, puis au permier embranchement, on prendra la piste de gauche.

VTT  Caramany-AnsignanPOINT 7 : (alt 439m )Après avoir suivi cette piste sur environ 250 mètres on laisse sur notre gauche un petite construction couverte, abritant des tables et quelques chaises.  A ce stade on amorce la descente vers Ansignan d’abord en pente très douce. Après avoir laissé sur notre droite la seule maison construite en ces lieux, la pente devient plus raide durant une descente au cours de laquelle on devra éviter quelques cailloux. On pourra s’arrêter sur un petit promontoire et admirer la vue sur l’amont du barrage et le pont d’Ansignan (à gauche ci-contre). La descente rocailleuse laisse ensuite la place à une piste en terre qui traverse quelques vignes tout en longeant l’Agly.

POINT 8 : (alt 180m) Pour accéder au pont, il faut tourner à droite dès la première intersection que l’on rencontre. Ensuite on rejoint la route départementale et on traverse le pont qui enjambe la Desix, puis on emprunte la direction de Caramany.

POINT 9 : (alt 180m) Arrivés une centaine de mètres avant le pont, nous tournons à droite en quittant la grande route pour franchir le petit monticule qui barre l’ancienne route que l’on suivra en faisant attention aux pierres qui la jonchent. Pour rester sur cette route, on devra franchir un autre petit monticule de terre tout en laissant une piste qui monte sur notre droite.

POINT 10
 : (alt 177m) Immédiatement après avoir traversé le vieux pont à arches, on prend le chemin qui monte sur la droite. Attention la pente est très raide. Après la première épingle on continue encore sur environ deux cent mètres pour arriver à une intersection. On laisse alors le chemin qui monte sur notre droite pour emprunter celui qui descend et qui va nous conduire jusqu’à la cave, notre point d’arrivée, situé à environ 2 km.

ATTENTION: Cette balade s’adresse à des vététistes aguerris et prudents.

Compte-tenu des multiples arrêts que nous avons effectués, sa durée peut être évaluée entre deux et trois heures.

Merci encore pour l’autorisation de diffusion